,

Besseggen, le mythique !

Déjà presque 15 jours en Norvège. Nous sommes à mi-chemin de notre périple scandinave. Pour conclure notre passage au sein du parc national de Jotunheimen, nous sommes rejoints par des amis qui ont pris quelques jours pour les vacances d’été. Ensemble, nous nous sommes fixés comme objectif l’ascension du Besseggen.

Le Besseggen, c’est une crête qui longe de lac Gjende sur quinze kilomètres, avec des passages au plus haut à 1700 mètres d’altitude. Le chemin tracé sur le Besseggen est un chemin fréquenté : il est dit que soixante mille marcheurs l’arpentent chaque année. Ce qui est compréhensible, puisque la vue offerte sur le lac Gjende, ses couleurs bleu turquoise, et le paysage montagneux qui l’entoure est franchement exceptionnelle.

La randonnée peut se faire en une journée, notamment en empruntant le ferry, soit à l’aller ou au retour, entre les extrémités du chemin qui sont les refuges Gjendesheim et Memurubu. Bien évidemment, il est aussi possible de planifier son passage sur le Besseggen lors d’un trek, sans avoir recours au ferry. Pour notre part, nous avons décidé d’emprunter le dernier ferry de la matinée (nous ne sommes pas très lève-tôt), pour commencer l’ascension depuis Memurubu.

Brèves de comptoir :

En route pour le Besseggen

📅 1 jour
🥾 15 kils
🏔 1000 D+ / 1000 D-
📍 Boucle à partir du refuge de Gjendesheim (61.49463, 8.81212)
📸 Photographies par Jeanne & Simon
🔗 Plus d’informations sur le Besseggen

Cette boucle à Jotunheimen est tirée d’une collection norvégienne qui comprend une balade à Rondane, à Jotunheime et autour du Trolltunga.

À lire dans l’Agora :

Nous avons passé la nuit dans un spot un peu plus isolé du parc de Jotunheimen. Grâce à la magnifique Yaris hybride rouge pompier de Léo et Thomas, quelques minutes seulement ont suffi pour trouver cet endroit situé à quelques centaines de mètres au sud du parc. La vue très appréciable sur les montagnes rocheuses et enneigées du parc a fait office d’écran de télévision le temps de descendre les quelques bières que les garçons avaient dégoté à Oslo quelques jours auparavant.

Le lendemain matin, à l’issue d’une nuit où l’on a écoulé plus d’éthanol que d’eau, nous décidons de partir en direction du refuge de Gjendesheim pour le petit-déjeuner. Les refuges DNT proposent en effet des formules petit-déjeuner très intéressantes. À raison d’une vingtaine d’euros (les prix varient si vous détenez une carte de membre, ou non), les refuges servent un véritable buffet, sucré salé, à base de produits souvent locaux. Par ailleurs, il est accepté de préparer deux sandwichs avec les aliments à disposition pour son lunch. En d’autres termes, une affaire intéressante !

À dix heures trente, nous grimpons dans le dernier ferry en direction de Memurubu. Par chance, la météo plutôt nuageuse de la veille a tourné à notre avantage. Un grand ciel azur nous accueille après la traversée du Gjende. Merveilleux.

Voyage, voyage :

Malgré la forte fréquentation touristique, il est facile d’avancer et de prendre son temps. Au total, nous marchons toute la journée, jusqu’à dix-huit heures, sur un sentier dont les paysages nous en mettent plein la vue. À chaque virage, à chaque élévation, le spectacle devient toujours plus impressionnant. Le ciel dégagé laisse paraître un soleil étincelant, dont les reflets sur les lacs et montagnes forment une palette de couleur unique en son genre. Outre nos pauses pour nous restaurer, les pauses pour observer le paysage et se rendre compte que nous ne sommes finalement que très petits face à cette immensité, sont fréquentes.

[Vous désirez suivre mes aventures ? Abonnez-vous au journal de bord. C’est gratuit, et je ne raffole pas des spams, vous ne serez ni noyé de publicités, ni de mes pérégrinations ! S’abonner au journal de bord ↗︎]

À l’issue de la journée, nous nous asseyons au bord du Gjende. Plus personne ne s’adresse la parole, nous sommes épuisés de notre journée. Thomas s’est permis le luxe de payer sa tournée de Bixit (petits gâteaux made in Norway à base de cannelle). Il est dix-neuf heures. Nous regardons une dernière fois le Besseggen avant de partir trouver un endroit où planter notre tente.

Merci pour votre lecture

Le contenu proposé sur ce site est entièrement gratuit. Aucune publicité ni partenariat ne financent mes mots et mes idées.
Si vous souhaitez me soutenir, aider à financer les frais d’hébergement du site ou m’offrir un café, vous pouvez faire un don par PayPal ou commander dans la Librairie.

Avatar de Simon Wicart
D’autres publications
Commentaires
  1. Avatar de Magali
    Magali

    Bonjour,
    Merci pour ce petit article. Pour les personnes sujettes au vertige, pouvez-vous nous donner des infos sur la largeur et la pente du sentier sur la section la plus exposée s’il vous plait?
    Notamment si on regarde juste ses pieds et le sentier, voit-on le dévers, une grosse différence d’altitude ou est-ce à 1 m de chaque cote par exemple? Merci pour votre aide.

    1. Avatar de Simon

      Bonjour Magali,
      Merci pour ton commentaire. Ce séjour remonte un peu donc je ne me rappelle pas exactement de la largeur du chemin. Certains passages sont clairement aériens, mais sans grand danger non plus. Si tu ne le sens pas, il est toujours possible de faire demi tour. Le parc est magnifique, s’y rendre est déjà une belle expérience. Profite bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.