13/09

📅 Saint Jacques de Compostelle – Journal de bord – 13/09

📍 Veigné – Saint Maure de Touraine
🥾 28,4
⏱️ 08:30
🌡️ Soleil
⛺ Camping municipal de Saint Maure de Touraine
📋 Détail des étapes

Le vendredi, à Veigné, c’est jour de marché. J’achète fruits, légumes et saucissons, avant de me rendre au café de la place pour y descendre un double expresso. Il est un peu plus de 8 heures passées quand un type, canette de Super Bock à la main, raconte comment un gamin de 20 ans a tenté de noyer un autre gamin du même âge lors de ses dernières vacances en Espagne. La journée commence bien !

Je décolle de Veigné à 9 heures pétantes. 28,4 kilomètres me séparent de Saint Maure de Touraine, et la journée s’annonce très chaude. Pas de temps à perdre. J’accélère le pas pour profiter des derniers instants de fraîcheur qu’offre la matinée. Les paysages sont tous semblables : aucun dénivelé, de grandes étendues de champs de céréales, des chemins monotones, sans virage, et parfois, des parties boisées agréables à pratiquer.

Je m’arrête à 12 heures 30 pour déjeuner. Je savoure une poignée de tranches de saucisson accompagnée d’une tomate. Je profite de cette pause pour m’octroyer la première sieste du pèlerinage. Le spot que j’ai trouvé est à l’ombre, et surtout à l’abri de la pollution émise par les 33 tonnes de la route nationale N10 qui passent à quelques mètres d’ici.

Je reprends la marche, toujours en direction de Saint Jacques de Compostelle, un peu plus tard dans l’après midi. Il fait très chaud. Je décide de m’arrêter à Sainte-Catherine-de-Fierbois pour me réfugier dans la fraîcheur de l’église. Le silence, l’agréable température et la sérénité du lieu m’apaisent. Quand, et je ne sais pour quelle raison, les enceintes de l’église se mettent à jouer des musiques aux sonorités péruviennes, je décide de reprendre la route. Il me reste un peu plus d’une heure de marche jusque Saint Maure de Touraine.

J’atteins la capitale du fromage de chèvre en bûche en toute fin d’après midi. Le soleil est écrasant. Je me dirige vers le camping de Saint Maure de Touraine pour y trouver refuge (et surtout une douche fraîche). Une fois arrivé, je suis accueilli par Jean-Mi, le gérant. Il me propose les cabanes sur pilotis qui ont été, selon ses dires, en partie financées par la région. J’en ai pour 12 euros. C’est cher, mais à la vue de mon état de fatigue avancé, je ne refuse pas.

3 commentaires sur « 13/09 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.