Odyssée argentique 🥾📸 🎞

Une odyssée argentique
🥾📸 🎞

Une odyssée de 5 200 kilomètres, en itinérance et à pied, entre Tours et Athènes

Une nouvelle odyssée, à pied en direction d’Athènes

L’été dernier, je bouclai deux mille kilomètres à pied et en itinérance à travers la France. En réalité, ce projet s’imposait comme la réponse au Continental Divide Trail. Un projet américain longuement rêvé, mais malheureusement abandonné suite à la fermeture des frontières, à une mise en confinement et à ce fichu virus. J’ai à plusieurs reprises songé à réserver un billet d’avion pour le printemps prochain. Mais à quoi bon ? La lecture des courbes Covid ne rassure pas et nous ne serons probablement pas vaccinés avant 2027. Autant travailler un itinéraire en partance de la maison, où en cas de crise toutes les situations de rapatriement deviennent plus facilement envisageables qu’au milieu du désert américain.

C’est ainsi que naît le projet d’Odyssée Argentique. Entre six et huit mois de marche, presqu’autant de nuits à la belle étoile, en bivouac ou refuge non-gardé, 5 200 kilomètres à arpenter sur 210 000 mètres de dénivelé positif. Au départ, au courant du printemps, ma bien aimée ville de Tours. A l’arrivée, au courant de l’automne, la très antique ville d’Athènes. Au programme, des itinéraires de Grandes Randonnées françaises, la Via Alpina, la via Dinarica, et d’autres sentiers moins connus aux confins des pays balkans. Dans mon sac, un carnet, un crayon, et mon argentique. Au retour, un récit d’une aventure entièrement illustré.

Marcher, à quoi bon ?

« Pourquoi marcher autant quand tu pourrais prendre le train, ou bien même faire du stop ? » m’interroge-t-on régulièrement. La marche s’inscrit dans une mouvance que je tends à nommer le tourisme lent. Marcher, l’action de poser un pied devant l’autre, offre le temps à la contemplation, aux rencontres et à la réflexion.

J’y faisais allusion dans les prémisses du projet, la portée de cette aventure caresse une soif de découverte. Cet itinéraire implique la traversée de onze pays : dans l’ordre de passage, la France, la Suisse, le Liechtenstein, l’Autriche, l’Italie, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, l’Albanie et enfin, la Grèce. Traverser onze pays signifie côtoyer onze cultures. Onze cultures signifient autant de langues et dialectes et bien plus encore de d’opinions, de gastronomies, de rites et religions. 

Vous souhaitez me soutenir dans cette odyssée ? Alors commandez l’un des tirages disponibles sur le shop. Pour chaque commande, 1% du montant est reversé à 1% for the Planet.

Une odyssée argentique

Mes récentes pérégrinations m’ont appris qu’on ne craignait pas un homme courbé sous le poids de son sac-à-dos. Au contraire. On l’accueille, on le chérit parfois. Je désire user de cette force pour montrer les similitudes d’un monde qui nous apparaît gigantesque par sa géographie, mais finalement minuscule par ses différences. 

A l’instar de mes précédentes aventures, je compte comme alliés mon appareil photo Olympus OM-1n ainsi que mon carnet et son crayon. Je désire chaque kilomètre de ce voyage illustré de photographies et griffonné de notes qui sur le chemin du retour permettront la création d’un récit photographique, entièrement capturé à l’argentique bien évidemment.

Journal de bord

Ne loupez pas les prochains billets et inscrivez-vous au journal de bord. Je ne raffole pas des spams, vous ne serez pas noyés de mes pérégrinations !

Avançons ensemble

A l’instar de mes précédentes pérégrinations, vous pourrez me suivre quotidiennement. Bienvenus sont les marcheurs qui souhaitent partager un bout de chemin en ma compagnie, découvrir les joies de l’itinérance et des nuits à la belle étoile.

A très bientôt !

Causse Méjean