01/10

đź“… Saint Jacques de Compostelle – Journal de bord – 01/10

đź“Ť Gradignan – Le Barp
🥾 26.5
⏱️ 07:00
🌡️ Nuages
⛺ Halte jacquaire du Barp
đź“‹ DĂ©tail des Ă©tapes

Ce matin, le dĂ©part se fait dans la prĂ©cipitation. Après m’ĂŞtre fait presser par Christophe, c’est au tour du gardien puis de la femme de mĂ©nage de venir me bousculer. Il est 09 heures du matin les gars, doucement.

Je quitte les lieux en compagnie de Christophe, mais sans les italiens. Mon compagnon de marche m’indique qu’ils sont partis sur les coups de 08 heures. Avec ce qu’ils ont bu la veille, je me demande encore ils ont pu se lever si tĂ´t. En route, nous rattrapons rapidement la plus grande forĂŞt artificielle d’Europe, aka les Landes. Christophe et moi abordons tous les sujets qui nous traversent l’esprit. Nous prenons le temps, toutes les heures, de faire une pause. Le temps d’un petit quart d’heure, il fume un cigarillo, moi, une roulĂ©e.

En route pour Saint Jacques de Compostelle, jusque la halte jacquaire du Barp

En dĂ©but de matinĂ©e, nous avions repĂ©rĂ© sur les cartes de Christophe un Ă©tang au bord du chemin. Sur le papier, l’endroit semblait idĂ©al pour une pause casse-croĂ»te. Nous sommes peu avant midi quand nous y arrivons. Il y a bien un Ă©tang, certes. Mais aussi des clĂ´tures. En fait, cet Ă©tang est la propriĂ©tĂ© d’une sociĂ©tĂ© qui organise des chasses Ă  cour. A ce moment, la curiositĂ© n’anime pas Christophe. Ça n’est pas mon cas. Je m’approche de la grille et interpelle les quelques chasseurs qui sont rĂ©unis autour de ce qui semble ĂŞtre une bĂŞte. La gĂ©rante s’avance. Elle me demande si je suis journaliste ou adhĂ©rent d’une quelconque ONG. Je lui rĂ©ponds simplement que je suis pèlerin en route sur les chemins qui mènent Ă  Saint Jacques de Compostelle. Elle me propose d’entrer. Mais elle me met aussi en garde.

On vient de rentrer de la chasse lĂ . Les garçons sont en train de dĂ©pecer le cerf. Évitez les questions, ils n’aiment pas ça. Quand Ă  vos sandwichs, vous pourrez les manger plus loin. 

Quelques pas suffisent Ă  me retrouver au milieu des chasseurs, mais surtout, face Ă  un cerf Ă©ventrĂ©. Le sang coule sur le sol. Ses organes sont Ă  l’air libre. L’un des chasseurs, dans une tenue Ă©lĂ©gante, s’occupe de dĂ©pecer la bĂŞte. Un autre, dans une tenue tout aussi Ă©lĂ©gante, lui tient les pattes. L’assemblĂ©e qui s’est formĂ©e autour de ce spectacle est silencieuse. Ici, on respecte l’animal. Je me permets de demander ce qu’ils comptent faire de la viande. Un des membres de l’assemblĂ©e me rĂ©pond que l’intĂ©gralitĂ© sera mangĂ©e par les chiens, telle une rĂ©compense, un trophĂ©e. Je continue d’observer quelques petites minutes. Je ne pose pas plus de questions, je salue les chasseurs et me remets en route.

Dans l’après midi, je quitte les sentiers battus pour m’aventurer dans les Landes sauvages. En sachant que je ne suis plus qu’Ă  quelques kilomètres de la halte jacquaire du Barp, plutĂ´t que de me lancer sur un chemin qui me demande cinq kilomètres de marche, je prĂ©fère couper en travers de la forĂŞt et ne marcher que deux ou trois kilomètres. Sur le chemin, je repère quelques cailloux que je garderai dans ma poche plusieurs jours jusqu’à ce que Jeanne me rejoigne. Je n’ai aucune idĂ©e de la nature de ces cailloux, mais le cadeaux lui fera plaisir.

Le Barp est une petite ville-dortoir Ă  quelques minutes en voiture de Bordeaux, mais Ă  une journĂ©e si l’on y vient en marchant. Sur place, je retrouve Christophe et le couple d’italiens. Pour fĂŞter nos retrouvailles, nous nous dirigeons vers le seul et unique troquet ouvert de la ville. L’heure du Pulco Citron a sonnĂ©. Ensuite, nous partons au primeur pour nous prĂ©parer un repas Ă©quilibrĂ© (lentilles vertes, courgettes, champignons, accompagnĂ©s d’un dĂ©licieux fromage de chèvre). 

En soirée, la fatigue nous rattrape rapidement. A l’issue de quelques conversations en français, anglais et italien, nous arrivons tous au même constat : il s’agit d’aller rejoindre les bras de Morphée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.