Saint Jacques de Compostelle 🥾

Saint Jacques de Compostelle 🥾

Rares sont ceux qui n’ont jamais entendu parler des chemins de Saint Jacques de Compostelle. Plus rares sont ceux qui ont osĂ© entreprendre le pèlerinage. Je ne pense pas vous apprendre grand chose, ou mĂŞme vous donner envie de partir en pèlerinage Ă  travers mon pèlerinage sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle Via Turonensis et le Camino Francès. Seulement, peut ĂŞtre y trouverez-vous quelques anecdotes, conseils, ou source de motivation, qui sait ?

C’est en avril dernier, lors de ma rencontre avec un certain Jean-Charles Dieu, ancien pèlerin de Compostelle, que je commence Ă  entreprendre mon pèlerinage. Jeanne, Alice et moi mĂŞme sommes installĂ©s en terrasse, quand JC s’approche de nous pour engager la conversation. Il est de taille moyenne, plutĂ´t fin, le crâne rasĂ© et une barbe de quelques jours. Il nous explique qu’il est en week-end chez ses parents, qu’il dispose de la maison familiale jusque lundi, et qu’il est possible de faire griller de la viande dans sa cheminĂ©e. SĂ©duits par l’idĂ©e, nous prenons le risque de suivre cet inconnu, au nom de famille peu commun. Une fois chez lui, les langues se dĂ©nouent. C’est Ă  la vue de mes chaussures de randonnĂ©e que JC m’interpelle :

« T’es un type qui aime la rando ? Tu connais les chemins de St Jacques ? Je les ai parcourus il y a quelques annĂ©es ! Â»

A ce moment très précis, JC entame son récit. Je vous en épargne les détails, mais une chose est sure : j’ai envie de tenter un périple du genre !

C’est en rentrant de Norvège que je me décide à partir. Cette belle expérience en terre scandinave m’a conforté dans l’idée du pèlerinage. Un mois loin de chez soi, c’est bien. Mais j’avais envie de plus. C’est ainsi que je me mets à parcourir forums sur le web et librairies spécialisées pour dénicher de bonnes infos. En quelques jours, c’est décidé : je fixe mon départ de Tours mi septembre, je marcherai 1500 kilomètres pour atteindre St Jacques de Compostelle, idéalement fin novembre.

L’itinéraire choisi est la voie de Tours (Saint Jacques de Compostelle Via Turonensis). Cette voie prend sa source au pied de la cathédrale Notre Dame, à Paris, pour se terminer à Saint-Jean-Pied-de-Port, à la frontière espagnole. Je partirai de la maison, à Tours. Le chemin me fera passer par de grosses agglomérations comme Poitiers, Bordeaux, ou encore Dax. Les paysages seront très plats, jusqu’au Pays Basque. Lors de ces 750 premiers kilomètres jusqu’à la frontière, mes yeux seront divertis par les plaines céréalières du centre, les vignobles du bordelais, les immenses forêts de pins des Landes, où les collines verdoyantes du Pays Basque.

Une fois en Espagne, il me restera environ 750 kilomètres jusque Compostelle. L’itinéraire choisi sera le plus connus d’entre tous : le Camino Francès. Une fois encore, je traverserai plusieurs agglomérations comme Pampelune, Burgos, Leon, ou encore Ponferrada. Les paysages espagnols seront beaucoup moins plats et beaucoup plus variés que la partie française (j’évoque ici la voie de Tours bien entendu).

Des chemins rocailleux, entourés d’une terre ocre et de quelques massifs montagneux, seront mon quotidien pour la Navarre. Les nombreux milans et autres rapaces feront aussi parti du décors. Plus tard, sur le haut plateau de la Mesetas, des champs à perte de vue rythmeront le chemin pour plusieurs jours. Enfin, l’arrivée en Galice sera faite sous la neige lors du dernier passage en altitude (1500 mètres au plus haut, pas de quoi faire envier un alpiniste non plus), et dans un climat et des décors proches de ce que l’on peut retrouver dans notre Bretagne bien aimée.

Carte des chemins de Saint Jacques de Compostelle. Source ACIR Compostelle 2016.

Je ne sais pas encore vraiment pourquoi je suis parti sur ce chemin. Il s’agit d’un dĂ©fi personnel, d’un surpassement de soi, ou plus simplement de vouloir vivre une expĂ©rience forte en symbole. D’autres y voient un pèlerinage religieux, une retraite, ou alors une remise en question. Peu de pèlerins s’interrogent sur la raison de leur dĂ©part. Il est dit que le plus important est de trouver une rĂ©ponse Ă  l’arrivĂ©e.

Le journal de bord